Entretien avec le propriétaire de l’authentique écolodge Touda

J’ai eu le privilège d’accorder un entretien au propriétaire de l’écolodge Touda, Said Marghadi. Mon article sur Un voyage éthique et écoresponsable au coeur d’un Maroc authentique a beaucoup plu et a été diffusé de nombreuses fois, ce qui a permis à Mr Said Marghadi de découvrir mon article et de me contacter. Nous avons ainsi pu échanger sur le concept de l’écolodge Touda. J’ai ainsi voulu lui accorder un article sur son splendide écolodge et le travail qu’il y fait. Un article sur plusieurs écolodges à la fois ne suffisait pas à expliciter tout le concept de l’écolodge Touda et cet entretien me permet de découvrir le projet concret de cette maison d’hôtes plus en détails et le remarquable travail qu’effectue Said Marghadi et les villageois.

Il vous permettra de découvrir qu’au Maroc, il existe de nombreux endroits authentiques, très peu connus du grand public mais extrêmement accessibles. Un tourisme encore méconnu qui permet d’aller à la découverte des cultures locales et ancestrales, des valeurs et des principes d’un peuple authentique et de gestes quotidiens qui permettent la préservation d’un espace environnemental écologique.


Entretien avec le propriétaire de l’écolodge Touda

Bonjour pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, Je m’appelle Said Marghadi, 39 ans, je suis photographe (ww.tafsout.com) et guide accompagnateur au Maroc, Moyen-Orient et Afrique de L’Est.

J’ai crée un Ecologde au cœur du Haut Atlas marocain il y a quelques années, dans une vallée que j’affectionne tout particulièrement : la vallée des Ait Bougmez. Et récemment un écomusée dans la même vallée.

Depuis quand avez-vous ouvert votre Ecolodge ? Quel en est le principe ?

L’écolodge « Touda » a ouvert en 2009. J’ai voulu que Touda soit un lieu de partages entre cultures : favoriser les rencontres entre touristes et locaux, dans un hébergement tout confort et respectueux de l’environnement.

Quelles ont été les raisons qui vous ont conduit à ouvrir un Ecolodge sur ce type de thématique ?

J’attache une grande importance au respect de l’environnement et à la valorisation de la culture berbère. La création de Touda s’est faite dans cet esprit.
C’est également dans cette logique que cette année, nous avons travaillé à l’ouverture d’un écomusée avec les habitants du village.
(www.cultureberbere.fr)

Avez-vous rencontré des difficultés pour l’ouverture du gîte et son concept (ecolodge)?

Les formalités administratives ont ralenti la création de l’Ecolodge. Le temps d’obtenir permis et autorisations nécessaires, slalomer entre l’administration … Les travaux ont duré 3 ans et Touda a pu ouvrir en 2009.

Avez-vous trouvé du soutien pour mettre en place votre projet sur court et moyen terme ?

Ali, le chef du village où est implanté l’Ecolodge, est partie prenante du concept : il a tout de suite compris l’intérêt d’un tel hébergement dans le village.
Ma femme, Sophie, a également apporté sa pierre à l’édifice en m’épaulant sur le montage de ce projet.
Enfin, les habitants du village se sont beaucoup investis dans la construction, à court terme, et dans sa gestion à moyen terme.

La participation des habitants à la gestion de Touda fait que nous avons toujours été bien accepté par les gens du village. Ils ont compris que Touda était avant tout une maison communautaire etpas une « usine » à profit. Ils s’y sentent chez eux : viennent arroser les plantes, profiter du hammam, chanter, apporter leur contribution au bon fonctionnement de l’Ecolodge.

Quels avantages et expériences peuvent retirer les voyageurs au sein de votre Ecolodge ?

L’Ecolodge Touda est fait pour ceux qui recherchent, à travers le voyage, des lieux rares. A Touda, les touristes peuvent combler leur quête d’un retour à l’essentiel et à l’authenticité tout en étant accueilli dans des conditions de confort idéal.
Durant leur séjour, ils pourront également nouer des relations avec les « gens » de Touda, ceux qui en font l’âme : villageois de passage et employés. Leur simplicité et sincérité rendront leur séjour à Touda mémorable.

Pensez-vous que le tourisme éco-responsable remplacera le tourisme traditionnel ?

Tout d’abord, qu’est-ce que le tourisme traditionnel?
Par « tourisme traditionnel », je suppose que vous voulez parler d’un tourisme exogène à la destination, dit « de masse », où le touriste est enfermé dans son séjour, sans interaction avec les spécificités de la destination, sans comprendre le lieu dans lequel il séjourne.
Je pense qu’il y a encore beaucoup à faire en la matière. Ce tourisme est encore bien présent mais j’ai le sentiment que le tourisme écoresponsable tend à s’accroitre. En effet, à Touda, les réservations sont au rendez-vous et les hôtes que nous accueillons viennent car ils s’intéressent et adhèrent à notre philosophie.

Quels sont les bienfaits du tourisme rural et écologique ?

Un tourisme rural et écologique au Maroc permet de dynamiser les destinations rurales, souvent délaissées des touristes « de masse » et du gouvernement marocain.
C’est une source de revenus pour les habitants, un secteur créateur d’emplois, un moyen de se faire côtoyer des mondes bien différents. Cela permet de favoriser l’ouverture d’esprit et la tolérance, la compréhension mutuelle entre touristes et locaux.
Un tourisme écologique, mais j’utiliserais plutôt le terme « durable », c’est un tourisme qui permet un juste équilibre entre utilisation des ressources naturelles et culturelles, qui respecte les modes de vie des habitants. Un tourisme qui apporte un développement, une modernité raisonnée dans la destination, toute en préservant les savoirs faire et les traditions.

Quels sont les avantages et expériences que peuvent retirer les habitants de votre village ?

Du côté des villageois comme des hôtes, c’est avec le but de favoriser les rencontres que j’ai créé cet Ecolodge. Afin de ne pas perturber la vie de Zawyat Oulmzi, le village, j’ai acheté un terrain un peu à l’écart, qui domine la haute vallée des Ait Bougmez.
Touda apporte une ressource financière pour le village, mais pas seulement. C’est aussi un moyen de faire se rencontrer des populations aux cultures et croyances bien différentes. Les habitants voient l’Ecolodge comme un lieu clé du village, ou l’on passe du temps, aide, discute, mange, rit…

D’où vous est venue l’idée d’ouvrir un Ecomusée ?

En 2014, j’ai créé l’association L’arbre du Voyageur, qui a pour but de valoriser la culture berbère, de promouvoir un tourisme durable et d’aider au développement local. Avec cette association, plusieurs projets ont déjà vu le jour : construction d’une fontaine-lavoir au village, organisations des rencontres photographiques dans la vallée, la mise en place d’une bibliothèque dans le pensionnat de Tabant, organisation d’une caravane médicale dans la vallée, et actuellement, ouverture d’un Ecomusée, dans une maison datant de plus de 200 ans, au cœur du village de Zaywat Oulmzi.
Dans la vallée, il y a un manque d’échanges et d’ancrage territorial entre les visiteurs et les habitants du territoire. Je suis convaincu de la nécessité de faire dialoguer la population locale et ses hôtes.

Quel est le principe de votre eco-musée ?

Cet Ecomusée permet aux visiteurs de découvrir le quotidien berbère d’hier et d’aujourd’hui grâce à la participation des habitants. Le lieu permet également aux villageois de s’approprier et de mettre en valeur leur culture, leurs traditions et leurs modes de vie. L’Ecomusée apporte un dynamisme économique nouveau. Le développement durable et éthique de l’offre touristique proposé par l’Ecomusée peut-être une des solutions pérennes aux problématiques actuelles de la région.

Avez-vous reçu du soutien pour la construction de votre éco-musée ?

Nous avons reçu des habitants du village qui nous aident à récolter les objets à exposer. Dans l’Ecomusée même, ce sont les habitants les véritables acteurs du lieu : ils ont participé à la rénovation de la maison, guident les visiteurs, servent le thé et collations, entretiennent le bâtiment.

Avez-vous d’autres projets pour l’avenir ?

Oui, sans projet la vie est bien triste. J’aimerais, continuer à aider la population locale à travers des actions de développement , à titre d’exemple :
* Faire venir des vétérinaires pour former les habitants de la vallée aux soins animaliers. En montagne, les animaux sont un outil et un gagne-pain quotidien.
* Installer une éolienne dans la haute vallée des Bougmez pour alimenter le village en électricité.
* organiser une compagne de distribution de brosse à dent et dentifrice dans la vallée

Je vous remercie de m’avoir accordé cet entretien et vous souhaite l’aboutissement de vos projets pour l’avenir.


 Magnifique site dans le Ait Bougmez où se situe la maison d’hôtes Touda


Projet d’un Ecomusée dans la vallée des Ait Bougmez

La vallée des Ait Bougmez est l’endroit propice à la création d’un projet écologique. Ait Bougmez est situé dans la province d’Azilal, dans le Haut Atlas central, à quelques heures de Marrakech. Une population de 15 000 habitants se répartie sur une vingtaine de villages. La vallée atteint les sommets de 1800 et 2200 m d’altitude, s’étendant sur une longueur de 30 km.

La vallée offre un magnifique espace naturel et un concentré de cultures ancestrales riches en authenticité. Ce superbe site manque d’une stratégie de préservation de l’environnement et d’une  valorisation écologique.

Le projet d’un écomusée dans la vallée des Ait Bougmez a été entrepris par Said Marghadi à travers la création de son association l’Arbre du Voyageur, afin de pallier à de nombreux problèmes locaux tels que: la difficile situation économique des habitants qui ne leur permet pas la valorisation de leur culture ni de leur patrimoine, le manque d’infrastructures pour l’acheminement de l’eau, le chômage et l’exode rural des populations vers les villes urbaines. L’écomusée et l’écolodge sont donc un moyen de dynamiser l’économie de la vallée.

La création de l’écomusée s’établit dans les hauteurs du village Zaywat Oulmzi, disposant d’un cadre adéquate pour la valorisation de la culture local, des traditions et d’un espace naturel bien préservé. Le village offre un cadre naturel spectaculaire pour les treks et les randonnées. La vallée est d’ailleurs connue pour être le lieu des « amoureux de la randonnée » tout en mêlant découvertes et pratiques sportives.

La vie locale offre une culture et des traditions encore bien préservées. On y trouve des coopératives de tissages et des objets artisanaux authentiques. La vie en communauté dynamise l’activité locale et rend plus facile l’aboutissement du projet d’un écomusée.


Les informations supplémentaires sur la construction de l’écomusée sont disponibles dans ce fichier Dossier écomusée PDF.

l'arbre du voyageur

Afin de suivre les projets de l’écomusée, deux pages facebook sont disponibles:

https://www.facebook.com/ToudaEcolodgeAuMaroc?ref=bookmarkshttps

//www.facebook.com/ecomuseevalleedesbougmez?ref=bookmarks


Crédit Photos: Said Marghadi

Touda Ecolodge au Maroc http://www.touda.fr/
Haute vallée des Ait Bougmez.
France : 06 83 61 79 91 Maroc 06 62 14 42 85
http://www.tripadvisor.fr/Hotel_Review-g612356-d1838501-Reviews-Touda-Azilal_Tadla_Azilal_Region.html

Ecomusée vallée des Bougmez :
Site web: http://www.cultureberbere.fr/
Facebook:
https://www.facebook.com/ecomuseevalleedesbougmez?fref=ts
France : 06 83 61 79 91 Maroc 06 62 14 42 85

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s